SSI / Aide financière exceptionnelle (AFE COVID)
12/11/2020

Covid-19 : Demander une aide
Aide financière exceptionnelle (AFE COVID)
Le Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants (CPSTI) met en œuvre un dispositif dédié aux cotisants les plus impactés par les mesures sanitaires liées à la crise Covid-19.
https://www.secu-independants.fr/action-sociale/aide-coronavirus/




L'Umih Bretagne propose une carte interactive des établissements pratiquant la vente à emporter et des hôtels ouverts
06/11/2020   https://www.google.com/maps/d/edit?mid=1QgeSHOnuz2WRu5zmonfDstysfvwCsI5H&usp=sharing

Accompagnement des entreprises et des travailleurs indépendants : communiqué de presse de l'Acoss
02/11/2020   Madame, Monsieur,

Suite à la dégradation de la situation sanitaire, de nouvelles mesures immédiates d’accompagnement des entreprises et des travailleurs indépendants en difficulté sont prises par le réseau des Urssaf, en accord avec les orientations annoncées par les pouvoirs publics.

Ces premières mesures sont présentées dans le communiqué de presse de l’Acoss (Caisse nationale des Urssaf) que nous vous invitons à trouver, en pièce jointe.
Elles concernent notamment les toutes prochaines échéances de déclaration et de paiement des cotisations sociales pour les employeurs, les travailleurs indépendants (artisans, commerçants, professions libérales) et les auto-entrepreneurs.


Pour plus d’information sur les mesures exceptionnelles, les Urssaf mettent également à disposition un site dédié :

https://mesures-covid19.urssaf.fr.

La SACEM soutient les professionnels CHRD.
29/10/2020   Dans le cadre de la crise sanitaire liée au Covid -19,
La SACEM soutient les professionnels du secteur.

Un nouveau coup d’arrêt pour l'hôtellerie-restauration qui exige des mesures fortes, claires et responsables pour leur s
29/10/2020   La pandémie se développe et n’est plus sous contrôle, la France doit se confiner. Tels sont, en substance, les propos tenus ce soir par le Président de la République. Dans la foulée, il a annoncé une nouvelle fois, que des mesures doivent être mises en œuvre pour renforcer la lutte contre la propagation du virus et venir en aide aux entreprises empêchées de travailler.
Ainsi, en dépit du respect d’un protocole sanitaire renforcé sur l’ensemble du territoire et de leur participation active et responsable à la lutte contre la propagation de virus, tous les professionnels, qu’ils soient, hôteliers, cafetiers, restaurateurs, traiteurs organisateurs de réceptions ou discothécaires, se voient encore une fois interdire d’exercer leur activité du fait des mesures de confinement imposées par l’État.

L’UMIH dépose un recours gracieux auprès du Premier ministre pour ouverture des débits de boissons
26/10/2020   A l’instar du SNEG & Co, syndicat des lieux festifs et de la diversité, l’UMIH a adressé un recours gracieux au Premier ministre pour demander l’autorisation d’ouverture des débits de boissons (bars sans activité de restauration) entre 6h et 21h dans les zones de « couvre-feu ».
Le décret du 16 octobre 2020 interdit partout en zones de « couvre-feu » l’ouverture des débits de boissons alors que les restaurants et les établissements étant à la fois restaurants et débits de boissons (bars/restaurants) peuvent eux poursuivre leur activité en dehors des horaires de « couvre-feu » dans le respect d’un protocole sanitaire renforcé.
Outre que cette interdiction constitue une atteinte grave et immédiate à la liberté d’entreprendre et fragilise économiquement les débits de boissons, elle crée une distorsion de concurrence inédite entre établissements relevant d’une même nomenclature. En effet, à l’heure du confinement, puis du déconfinement, aucune distinction n’a été faite entre ces établissements.
Par ailleurs, en termes de contrôles, cette distinction n’apparaît pas clairement aux autorités de police, nationale ou municipale.
L’esprit du texte, visant à faire respecter les gestes barrières et la distanciation sociale pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 n’est aucunement remis en cause si les débits de boissons respectent, comme les restaurants et les bars/restaurants, ces mêmes mesures et le protocole sanitaire renforcé défini par le ministère de la Santé le 5 octobre dernier.
Comme les restaurants et les bars/restaurants, les débits de boissons qui ne respecteront pas ces mesures pourront être verbalisés et sanctionnés.
Conscients de la nécessite de lutter contre la propagation de l’épidémie, les débits de boissons réclament un traitement équitable à ceux de leurs confrères proposant une activité similaire.
Ci-joint le recours envoyé au Premier ministre.

18/06/2020  

Je soutiens le MONDE DE LA NUIT
18/06/2020  

Port du masque
10/06/2020   Merci de nous aider à rester ouvert

Partir en France c'est tendance
08/06/2020   L’ UMIH et ses syndicats associés lancent une campagne digitale « Partir en France, c’est tendance! » avec un mot d’ordre : Hôtels, restaurants, traiteurs, cafés, établissements de nuit, thalasso, bowlings pour vos vacances en France.r

Comité interministériel du tourisme et crise du Covid19 :
15/05/2020   Des annonces du Gouvernement qui tiennent compte des demandes du secteur HCR mais des freins importants demeurent pour que le secteur puisse réellement repartir
Roland Héguy, Président confédéral de l’UMIH :
« La situation est très grave. Ce Comité interministériel du tourisme était celui de la survie. La profession a obtenu certaines satisfactions ce matin comme la date de réouverture fixée au 2 juin en zones vertes, mais il reste encore de grandes incertitudes pour notre profession. Beaucoup de leviers reposent sur la dette qu’il nous faudra bien rembourser alors que nous ne serons peut-être pas économiquement en état de le faire. Il faut encore travailler et l’Umih et ses syndicats associés resteront mobilisée. C’est pourquoi, nous demandons au Gouvernement que soient organisés des points d’étape réguliers avec le secteur pour réévaluer le calibrage des aides en fonction de l’évolution économique car cette crise sera profonde et durable. »

Réunion 30 04 20 : secteur CHRD / Lemaire / Assurances / Banques
07/05/2020   Bruno Le Maire a donné le nouveau calendrier de travail pour notre secteur CHRD et plus largement le Tourisme.

Carte interactive
06/05/2020   L'UMIH 22 lance une carte interactive des bars et restaurants qui pratiquent la vente à emporter ainsi que des hôtels ouvert.

Lettre Ministère du Travail
30/03/2020   Dans notre précédent courrier du jeudi 26 mars, nous dénoncions que malgré notre mobilisation auprès du Gouvernement, le décret relatif à l’activité partielle paru au Journal Officiel ne prenait pas en compte les caractéristiques de notre secteur sur la durée du contrat de travail.

Face à la crise COVID-19, Chefs d'entreprises ne restez pas seuls.
28/03/2020   Chefs d'entreprises ne restez pas seuls. L'Umih est à vos coté
Un soutien psychologique et d'expérience peut vous être apporté par 60 000 Rebonds.
Pour rappel 60 000 Rebonds s'associe à l'effort national et mobilise les 320 coachs de l'association pour soutenir les entrepreneurs qui subissent de plein fouet cette crise durant toute la période de confinement.

Contactez-nous en précisant dans l'objet :
"Demande de coaching d'appui" 👉 https://bit.ly/3beOjOS

Covid-19 : Parution du décret relatif à l’activité partielle. Chers amis,   Malgré notre mobilis
26/03/2020   Chers collègues,
 
Malgré notre mobilisation auprès du Gouvernement, le décret relatif à l’activité partielle paru au Journal Officiel de ce jour ne prend pas en compte les caractéristiques de notre secteur sur la durée du contrat de travail, et nous le dénonçons. 
Notre branche prévoit en effet une durée conventionnelle de 39 heures avec 4 heures supplémentaires garanties. En conséquence, l'indemnisation calculée sur 35h et non 39h va pénaliser de plusieurs centaines d’euros nos salariés pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire décrétée.

La vente à emporter et de livraison est autorisée
15/03/2020   Afin de ralentir la propagation du virus covid-19, les établissements relevant des catégories mentionnées à l'article GN1 de l'arrêté du 25 juin 1980 susvisé figurant ci-après ne peuvent plus accueillir du public jusqu'au 15 avril 2020 :


- au titre de la catégorie L : Salles d'auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple ;
- au titre de la catégorie M : Centres commerciaux ;
- au titre de la catégorie N : Restaurants et débits de boissons ;
- au titre de la catégorie P : Salles de danse et salles de jeux ;
- au titre de la catégorie S : Bibliothèques, centres de documentation ;
- au titre de la catégorie T : Salles d'expositions ;
- au titre de la catégorie X : Etablissements sportifs couverts ;
- au titre de la catégorie Y : Musées.


Pour l'application du présent article, les restaurants et bars d'hôtels, à l'exception du « room service », sont regardés comme relevant de la catégorie N : Restaurants et débits de boissons. L'ensemble des établissements de cette catégorie sont en outre autorisés à maintenir leurs activités de vente à emporter et de livraison.

Fermeture de nos établissements
14/03/2020   Chers Collègues,

Monsieur Edouard PHILIPPE a annoncé la fermeture de nos établissement ce soir à partir de minuit.

Sachez que nous restons pleinement mobilisés pour défendre la prise des mesures nécessaires, tant au niveau National que Régional ou Départemental.

Nous sommes en contact constant avec les pouvoirs publics.

Dans ces moments de tempête, nous devons tous rester sereins, solidaires et déterminés..

Nous vous tiendrons informés.
Karim KHAN RENAULT
Président UMIH Bretagne

Annonces aides économiques - Bruno Le Maire Conférence de presse – Covid-19
15/01/2020   ℹ️ Fonds de solidarité : ce qui change
📌1er changement :
Le produit de la vente à distance et de la vente à emporter ne sera pas comptabilisé dans le chiffre d’affaires de référence pour le calcul de l’aide au titre du fonds de solidarité.
Cela vaut à partir du mois de décembre 2020 et ce sera la règle tant que le fonds de solidarité sera en place.
📌2ème changement :
Les entreprises du secteur S1 bis perdant au moins 70 % de leur chiffre d’affaires, auront le droit à une indemnisation couvrant 20% de leur chiffre d’affaires 2019 dans la limite de 200 000 euros par mois.
Ces entreprises pourront bénéficier de cette aide à compter de décembre 2020, quelle que soit leur taille.
📌3ème changement :
Nous prendrons en charge jusqu’à 70% des coûts fixes des entreprises fermées administrativement, ou des entreprises appartenant au secteur S1 et S1 bis, qui ont un chiffre d’affaires supérieur à 1 million d’euros par mois.
Cette aide exceptionnelle s’ajoutera à l’aide du fonds de solidarité.
Elle sera plafonnée à 3 millions d’euros sur la période de janvier à juin 2021.
Nous travaillons également à étendre l’aide complémentaire sur les charges fixes aux plus petites structures qui ne feraient pas 1 million d’euros de chiffre d’affaires par mois mais qui auraient d’importantes charges fixes. Je pense notamment aux salles de sport, aux activités indoor, centres de vacances.
📌4ème changement :
Un effort particulier sera fait pour les viticulteurs, touchés par les sanctions américaines sur les vins tranquilles et le cognac.
Les viticulteurs pourront donc bénéficier de l’aide du fonds de solidarité renforcé :
- S’ils perdent 50% de leur chiffre d’affaires, ils bénéficieront d’une indemnisation de 15% de leur CA 2019 dans la limite de 200 000 euros par mois ;
- S’ils perdent 70% de leur chiffre d’affaires, ils bénéficieront d’une indemnisation de 20% de leur CA 2019 dans la limite de 200 000 euros par mois.
Pour rappel, les formulaires pour les aides du fonds de solidarité au titre de décembre seront en ligne dès demain vendredi 15 janvier sur le site impots.gouv.fr.
ℹ️ Prêt garanti par l’Etat
Nous avons obtenu de la Fédération bancaire française, que toutes les entreprises qui le souhaitent, quelles que soit leur activité et leur taille, aient le droit d’obtenir un différé d’un an supplémentaire pour commencer à rembourser leur prêt garanti par l’Etat.
Une entreprise ayant contracté un PGE en avril 2020, et qui ne serait pas en mesure de commencer à le rembourser en avril 2021, pourra demander un report d’un an et commencer à le rembourser à partir d’avril 2022.
J’invite donc toutes les entreprises à aller voir leur conseiller bancaire pour décider du plan de remboursement de leur PGE.
ℹ️Autres prêts bancaires
Les banques examineront favorablement et de manière personnalisée les moratoires ou les reports d’échéances nécessaires pour les entreprises subissant toujours des restrictions d’activité.
ℹ️ Exonération de cotisations sociales
Nous maintenons en janvier les exonérations et les aides au paiement des cotisations que nous avons mises en place en décembre.
Toutes les entreprises du secteur S1 et S1 bis qui sont fermées administrativement ou qui subissent une baisse d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires continueront d’en bénéficier.
Différé d’amortissement comptable des biens
De très nombreux biens n’ont pas été utilisés comme ils auraient dû l’être en 2020. Je pense au four des restaurateurs, aux équipements des discothèques ou à certaines machines des sociétés de remontées mécaniques.
Ces biens n’ont donc pas à être amortis comme c’est le cas lors d’une année normale.
Il sera possible de différer l’amortissement comptable de ces biens afin de soulager les comptes des entreprises et de préserver leurs fonds propres.
Conclusion :
A mes yeux, il y a trois enjeux stratégiques dans les semaines à venir.
1er enjeu : que les Français investissent les 100 milliards d’euros qu’ils ont épargnés depuis mars 2020.
Pour cela, je réaffirme qu’il n’y aura pas d’augmentation d’impôts.
2ème enjeu : accélérer la relance de notre économie et décaisser le plus rapidement possible les 100 milliards d’euros du plan de relance.
3ème enjeu : renforcer les fonds propres des entreprises qui en ont besoin.
Notamment grâce aux prêts participatifs soutenus par l’Etat. A ce titre, je présenterai le 28 janvier prochain les modalités de ces prêts.

Annonces aides économiques - Bruno Le Maire Conférence de presse – Covid-19
15/01/2020   ℹ️ Fonds de solidarité : ce qui change
📌1er changement :
Le produit de la vente à distance et de la vente à emporter ne sera pas comptabilisé dans le chiffre d’affaires de référence pour le calcul de l’aide au titre du fonds de solidarité.
Cela vaut à partir du mois de décembre 2020 et ce sera la règle tant que le fonds de solidarité sera en place.
📌2ème changement :
Les entreprises du secteur S1 bis perdant au moins 70 % de leur chiffre d’affaires, auront le droit à une indemnisation couvrant 20% de leur chiffre d’affaires 2019 dans la limite de 200 000 euros par mois.
Ces entreprises pourront bénéficier de cette aide à compter de décembre 2020, quelle que soit leur taille.
📌3ème changement :
Nous prendrons en charge jusqu’à 70% des coûts fixes des entreprises fermées administrativement, ou des entreprises appartenant au secteur S1 et S1 bis, qui ont un chiffre d’affaires supérieur à 1 million d’euros par mois.
Cette aide exceptionnelle s’ajoutera à l’aide du fonds de solidarité.
Elle sera plafonnée à 3 millions d’euros sur la période de janvier à juin 2021.
Nous travaillons également à étendre l’aide complémentaire sur les charges fixes aux plus petites structures qui ne feraient pas 1 million d’euros de chiffre d’affaires par mois mais qui auraient d’importantes charges fixes. Je pense notamment aux salles de sport, aux activités indoor, centres de vacances.
📌4ème changement :
Un effort particulier sera fait pour les viticulteurs, touchés par les sanctions américaines sur les vins tranquilles et le cognac.
Les viticulteurs pourront donc bénéficier de l’aide du fonds de solidarité renforcé :
- S’ils perdent 50% de leur chiffre d’affaires, ils bénéficieront d’une indemnisation de 15% de leur CA 2019 dans la limite de 200 000 euros par mois ;
- S’ils perdent 70% de leur chiffre d’affaires, ils bénéficieront d’une indemnisation de 20% de leur CA 2019 dans la limite de 200 000 euros par mois.
Pour rappel, les formulaires pour les aides du fonds de solidarité au titre de décembre seront en ligne dès demain vendredi 15 janvier sur le site impots.gouv.fr.
ℹ️ Prêt garanti par l’Etat
Nous avons obtenu de la Fédération bancaire française, que toutes les entreprises qui le souhaitent, quelles que soit leur activité et leur taille, aient le droit d’obtenir un différé d’un an supplémentaire pour commencer à rembourser leur prêt garanti par l’Etat.
Une entreprise ayant contracté un PGE en avril 2020, et qui ne serait pas en mesure de commencer à le rembourser en avril 2021, pourra demander un report d’un an et commencer à le rembourser à partir d’avril 2022.
J’invite donc toutes les entreprises à aller voir leur conseiller bancaire pour décider du plan de remboursement de leur PGE.
ℹ️Autres prêts bancaires
Les banques examineront favorablement et de manière personnalisée les moratoires ou les reports d’échéances nécessaires pour les entreprises subissant toujours des restrictions d’activité.
ℹ️ Exonération de cotisations sociales
Nous maintenons en janvier les exonérations et les aides au paiement des cotisations que nous avons mises en place en décembre.
Toutes les entreprises du secteur S1 et S1 bis qui sont fermées administrativement ou qui subissent une baisse d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires continueront d’en bénéficier.
Différé d’amortissement comptable des biens
De très nombreux biens n’ont pas été utilisés comme ils auraient dû l’être en 2020. Je pense au four des restaurateurs, aux équipements des discothèques ou à certaines machines des sociétés de remontées mécaniques.
Ces biens n’ont donc pas à être amortis comme c’est le cas lors d’une année normale.
Il sera possible de différer l’amortissement comptable de ces biens afin de soulager les comptes des entreprises et de préserver leurs fonds propres.
Conclusion :
A mes yeux, il y a trois enjeux stratégiques dans les semaines à venir.
1er enjeu : que les Français investissent les 100 milliards d’euros qu’ils ont épargnés depuis mars 2020.
Pour cela, je réaffirme qu’il n’y aura pas d’augmentation d’impôts.
2ème enjeu : accélérer la relance de notre économie et décaisser le plus rapidement possible les 100 milliards d’euros du plan de relance.
3ème enjeu : renforcer les fonds propres des entreprises qui en ont besoin.
Notamment grâce aux prêts participatifs soutenus par l’Etat. A ce titre, je présenterai le 28 janvier prochain les modalités de ces prêts.

Compte-rendu réunion Bercy du 5 janvier 2021
06/01/2020   Hier, les représentants de l'#umih étaient reçus à #Bercy par les ministres Bruno Le Maire, ministre de l’économie, des finances et de la relance et Alain Griset, ministre délégué en charge des TPE /PME.
Les ministres ont affirmé que la préoccupation du gouvernement n’est pas l’étude d’une date d’ouverture pour nos établissements mais de tout faire pour éviter un troisième confinement du pays. Il y a, en effet, une forte inquiétude sur la mutation d’une souche sud-africaine qui se répand plus rapidement et qui est plus dangereuse, selon les premières informations.
Dans ce contexte, l’étude d’une ouverture par territoires ou par type d’établissements n’est pas non plus à l’ordre du jour.
Cependant, le ministre a tenu à nous dire qu’il « sera aux côtés des #CHR » et nous a assuré du « maintien de toutes les mesures aussi longtemps que la sécurité sanitaire ne sera pas assurée. », notamment avec le prolongement de l’activité partielle « COVID » et du fonds de solidarité.
Autres sujets évoqués :
⚠️PGE : Bercy va exiger des banques d’accorder pour toutes les entreprises 2 ans de franchise.
⚠️ Loyer : Bercy reconnait que le dispositif de crédit d’impôt n’a pas donné de preuves de son efficacité. La mesure ne sera donc pas prolongée.
⚠️ Le fonds de solidarité : Bercy confirme la prolongation des deux dispositifs déjà existants : soit 10 000 euros, soit une indemnisation du CA à hauteur de 20 % (plafond de 200 000 euros) et à l’étude la création d’un 3e volet du fonds pour le rendre adapté aux groupes hôteliers et de restaurations.
⚠️ Les 10 jours de congés payés pris en charge par l’Etat : Bercy soutient notre proposition d’élargir jusqu’au 31 mars 2021 pour pouvoir bénéficier de l’aide exceptionnelle de l’Etat. La période du 1er au 20 janvier 2021 est trop courte pour sa mise en application par les entreprises. Ce sera étudié cette semaine en réunion interministérielle.
⚠️ Les avances remboursables : Bercy confirme une enveloppe de 500 millions de l’Etat qui peut être complétée par les départements ou les régions (à travers les CODEFI) : Pour rappel : jusqu’à 25% du chiffre d’affaires, possibilité de remboursement sur 10 ans avec un taux de 1%. Le remboursement peut être différé de 3 ans.
Du côté de l’UMIH et des organisations professionnelles, nous avons tenu un discours ferme en dénonçant la politique du stop and go et la politique de l’incertitude qui conduisent à l’épuisement psychologique de nos chefs d'entreprise. Notre demande d’avoir une perspective sur le long terme pour notre accompagnement économique a été entendue avec l’annonce de l’activité partielle « covid », le fonds de solidarité, tous deux prolongés.
Pour la date de réouverture, le ministre nous renvoie aux décisions du conseil de défense demain mercredi 6 janvier et au risque d’un 3e confinement et comme nous l’avez déjà répété la pire des situations serait de rouvrir puis de fermer à nouveau.
L’ensemble des décisions sera annoncé par le Premier ministre jeudi 7 janvier lors d’une conférence de presse.

LE MANGER LOCAL
21/08/2018   Le manger local est toujours d'actualité

LISTE DES ETABLISSEMENTS ADHERENTS AU MANGER LOCAL
21/08/2018   rejoignez nous sur cette liste !

DEMARCHAGE ABUSIF EN COTES D'ARMOR - COMMUNIQUE DE PRESSE PREFECTURE
19/07/2017   DÉMARCHAGE ABUSIF

[non renseigne]  

ACTUALITÉS...

NOS PARTENAIRES
proces verbaux / proces verbaux / cote-d'armor / cote-d'armor / restauration / redaction des contrats de Travail / bar / convention collective
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à votre activité.               Fermer X